fbpx

Chapitre #4 : une nouvelle arrivante

Je ne m’arrête plus. De plus en plus de clients. De plus en plus de demandes. Des sollicitations, de la part de NOWorkers, grâce aux NOWorkers, grâce à ce lieu magnifique qu’est mon bureau et qui me permet de rencontrer des dizaines de personnes chaque jour. 

C’est donc ça la vie d’entrepreneur, de l’intensité, des rêves, beaucoup de travail. Travail difficile à abattre seule d’où ma surprise du jour : accueillir une stagiaire et former une nouvelle équipe avec elle.

Le journaliste, un esprit libre

C’est le grand jour. Après de multiples entretiens, des coups de fil, des échanges de mails, je reçois enfin ma première stagiaire. J’ai hâte de lui montrer les aspects d’un métier que j’affectionne tant. J’aime à croire que ce stage influencera son choix de carrière, tout comme un simple stage a influencé le mien il y a quelques années. Je m’en rappelle comme si c’était hier et depuis, je ne compte plus le nombre d’articles que j’ai pu écrire, le nombre de personnes que j’ai rencontré. C’est cette diversité qui me plaît.

Mais le plus important, quand on est journaliste, c’est la liberté. Celle d’écrire comme bon me semble, où bon me semble, sur des sujets qui m’intéressent vraiment. Mon métier me passionne, il est ouvert sur le monde, mes articles touchent des gens, participent à la création d’opinions, ils étonnent, émeuvent, ouvrent des débats … en tout cas j’aime à le croire. Et j’espère pouvoir transmettre cela à ma stagiaire. 

Un espace de travail adaptable

Plus que quelques jours avant qu’elle ne soit là. Je me dis qu’il faut que je fasse bonne impression, et je suis ravie de pouvoir l’accueillir dans l’enceinte de Now coworking. Quel autre lieu plus impactant pour réaliser un stage ?

Pour la durée de son stage, je change d’environnement. Je laisse mon abonnement nomade et je déménage dans un bureau deux places, la décoration est différente mais tout aussi soignée. Nous aurons ainsi notre endroit à nous, notre bureau privatif. J’ai hâte de voir sa tête lorsqu’elle découvrira ce qui va être, l’espace de six mois, son environnement de travail.

Le cabinet des curiosités, la salle de massages, elle ne se doute pas de ce qui l’attend. Un simple coup d’œil par la fenêtre permet d’embrasser du regard toute la ville de Lyon, qui est si chère à mes yeux. Ma stagiaire a déjà pu profiter de l’expérience puisque nous nous étions déjà rencontrées dans mon bureau, au coworking, lors d’un entretien, mais elle va vite découvrir qu’il s’agit de bien plus qu’un simple lieu où poser son ordinateur : c’est une vraie communauté, un état d’esprit, une manière totalement différente d’aborder le travail.

Encourager sa créativité

S’il y a une chose que j’ai apprise en devenant coworkeuse, c’est que l’environnement invite à la créativité : le mobilier, la lumière, l’espace, les interactions avec les autres…. L’imagination se développe à partir de petits riens, au détour d’une conversation, en prenant un café, en croisant son voisin de bureau. Ici, je suis sereine, tout est fait pour que je me sente bien. Avec le temps, j’ai également créé des liens avec des coworkers, certains d’entre eux sont devenus des amis. C’est ce bien-être que je veux transmettre à ma stagiaire, Julia de son prénom. 

Et, pourquoi pas, peut-être qu’un jour, mon métier sera aussi le sien !