fbpx

Chapitre #2 : L’Esprit Now : un besoin de liberté

Retrouvez, tous les mois, les pérégrinations de Charline, coworkeuse chez Now coworking, à Lyon.

Chap 2 – Et soudain, ce sentiment de liberté

Je m’appelle Charline. Je ne crois pas vous l’avoir dit n’est ce pas ? Je pourrais chercher et vérifier par moi-même. Mais je déteste me relire. Je pose des mots à un instant T et je me dis toujours que si je mettais à nouveau le nez dedans j’aurais envie de tout changer. Par manque de confiance. Parce que mon humeur ne sera pas la même. Parce que mon ressenti sera différent. Parce que, forcément, nous n’aimons jamais ce que nous créons. Alors j’écris. Quand j’ai envie. Quand les idées me viennent. Quand les émotions m’envahissent. Je me laisse envahir. Je me laisse porter et les mots glissent seuls sur la papier ou mon écran d’ordinateur.

C’est aussi un peu mon job d’écrire. Je suis journaliste. Journaliste indépendante. Indépendante signifie que je n’appartiens à aucune rédaction, que je suis libre d’écrire pour des journaux papiers, des magazines, des blogs… que sais-je encore ! Mais j’ai le choix.

Le plus important dans tout cela c’est la notion de liberté. Le lien est là. Entre Now Coworking et moi. Entre cet espace de travail et moi. J’ai été attirée par la liberté que m’offrait l’espace comme celle que m’offre mon travail. Et j’y suis bien. Ça fait quelques semaines maintenant. Des semaines plus ou moins longues pendant lesquelles j’ai pu tester le coworking le jour, la nuit (0h c’est la nuit ou la fin de soirée ?) et même le week-end. Vous sentez vous aussi cette odeur de liberté ?

Avoir un travail. L’aimer. Pouvoir le faire n’importe quand et, qui plus est, dans un endroit magnifique.

La vue chez Now Lyon

Être “in love” d’un espace de travail

Je suis amoureuse. Mais il me semble que je me répète (oui je sais je me souviens de ce qui m’arrange). J’en prends plein les yeux chaque jour depuis ces quelques semaines. Au détour d’une alcôve, derrière les portes des salles de réunion, dans le salon blanc, dans chaque coin du lieu : un coussin, un élément de décoration, un tableau et surtout mais surtout cette vue. La vue de la ville de mon coeur dont je ne me lasserais jamais. Dont personne ne peut se lasser.

Now coworking à Lyon

C’est impossible. Impensable.

La chance. Il paraît que dans le travail il y a toujours une partie liée à la chance. Je pense que la mienne vient de mon lieu de travail que j’apprivoise peu à peu, pas à pas, canapé par canapé, workbar par workbar.